jeudi 19 avril 2012

Un prof souhaite donner son cours dehors: 49 arrestations

Désormais au Québec, chercher à s'instruire et réclamer ses droits pacifiquement est passible de tête écrasé sur l'asphalte, de genoux enfoncé dans le dos et de ticket salé. Oubliez le droit de manifester. Toute apparence de dissension est désormais interdite. Profilage politique, profilage racial, violence, intimidation. Tout cela est désormais chose courante au point où on risque de trouver ça rapidement banal.

Cet après-midi 13h au cégep Limoilou, 49 manifestant-e-s d'un groupe d'environ 300 ont été arrêtés pour avoir marché pacifiquement. Cette marche spontanée s'est produite après qu'une professeur de philosophie, Valérie Cayouette-Guilloteau, a annoncé sur Facebook qu'elle réaliserait "de plein gré un acte de désobéissance civile extrême". 


Le texte dévoile des faits troublants
Coup de théâtre au lieu de rendez-vous. Sacha Calixte, prof contre la hausse, lit au porte-voix un texte signé par Mme Cayouette-Guilloteau. Absente, celle-ci révèle que, suite à la publication de l'évènement, elle a reçue de nombreuses menaces venant de plusieurs inconnus suivi d'une convocation de la direction du cégep. On force Mme Cayouette-Guilloteau à se taire.

Le texte de Valérie Cayouette-Guilloteau

3657-1-06-sachacalixte.mp3

Le texte ajoute qu'une personne se présentant comme Mme Cayouette-Guilloteau a fait une entrevue le matin même à l'antenne du 93,3. Aussi, un faux compte Facebook avec son identité s'est mis à faire de la provocation.
Les affiches étaient comme prédestinées
Pour finalement apprendre que l'action s'annonçait pour être... un cours de philo sur le gazon.
Cégep sous haute surveillance
Suite à la lecture du texte, les étudiant-e-s furieux prennent la moitié de la 8e avenue. La tension est palpable. Un groupe de provocateurs anti-grève calottés se mettent à huer les manifestant-e-s et suscitent des troubles. La police intimide les étudiant-e-s en leur disant de quitter la chaussée sous peine d'amendes.

Vous voulez pas vous tasser? Parfa.

3657-1-09-intimidationpoliciere.mp3
Douchebag inc.
C'est alors qu'environ 200 étudiant-e-s décident de prendre spontanément le pavé. Qu'els aient été poussé ou non par des provocateurs reste à voir. Ceux-ci font pacifiquement le tour du Presbytère Roc Amadour. La crainte d'être arrêté est sur toutes les lèvres.
Nos taxes à l'oeuvre
Au moment de revenir au cégep, à environ 300 mètres de l'entrée, les constables bloquent la rue avec leurs véhicules. Les étudiant-e-s hésitent et arrêtent. La police procède aussitôt à des arrestations arbitraires violentes, au sein de la foule. Cinq ou six étudiant-e-s sont menottés comme des criminels.
Une zone est aléatoirement déterminée par des bandes jaunes
Une zone dans laquelle se trouvent les marcheurs et les marcheuses est aléatoirement déterminée par des bandes jaunes. Une trentaine d'étudiant-e-s, résignés mais solidaire, attendent en se laissant cueillir un par un. Els sont amenés au poste dans un autobus du RTC emprunté pour l'occasion. 51 constats d'infraction de 494$ sont remis.
Ceux-ci seront tous arrêtés
L'opération dure plus d'une heure. Des étudiant-e-s à l'extérieur du périmètre tentent de se motiver en scandant "police partout, justice nulle part". Certain décident de s'asseoir dans la rue pour aussitôt se raviser lorsque la police se rapproche. 

En aucun moment la police n'a indiqué que la manifestation était illégale. 

L'opération ressemble en tout point à celle d'hier à l'UQO, ou 150 personnes ont été arrêtées pour avoir manifesté, est-il utile de le mentionner, pacifiquement.

Il ne s'agit pas simplement que d'arrestations arbitraires dont il est question. C'est aussi le droit de penser librement qui est attaqué de front. Un prof souhaite donner un cours à l'extérieur de son local pour profiter du soleil splendide d'un début d'été. Dès que l'idée a été soulevée, une violence inouïe s'est déchaîné contre elle. Une manifestation de 10 minutes à été sauvagement réprimé. Désormais, toute pensée doit être orienté en direction de la production de valeur. S'interroger sur notre condition d'exploité est hautement prohibé.

Notez que le cégep Limoilou n'est pas en grève.

Les premières arrestations


La violence policière à l'oeuvre


La cueillette des manifestant-e-s


En complément, lire le texte De la violence de Marc-André Cyr

10 commentaires:

frandroid a dit…

T'aurais du mettre des carrés rouges au lieu d'ovales noirs sur les visages!

Anonyme a dit…

La personne sur la dernière photo est un ancien étudiant du cégep (dernière session ou l'an dernier je ne sais plus.)

Anonyme a dit…

À la question connaissez-vous ces personnes... oui! au moins l'un d'eux est un étudiant (arrêté deux fois aujourd'hui) et l'autre semble l'être aussi, mais je ne peux vous confirmer qu'il va à ses cours :-)

Gontrand a dit…

Ok excellent ça répond à ma question. Merci beaucoup.

Valérie Guilloteau a dit…

Bonjour,
si vous voulez lire mon manifeste et mes explications:

https://www.facebook.com/notes/val%C3%A9rie-cguilloteau/mon-action-dhier/438141646200863

Valérie C.Guilloteau,
professeure de philosophie au Cégep Limoilou

Mouton Marron a dit…

Merci, Mme Guilloteau!

Anonyme a dit…

N'en reste pas moins qu'il y a eu manque de jugement et irresponsabilité "extrême".

En prime, une autocritique complaisante.

Mais bon! On est au CEGEP et de Limoilou de surcroît...

Anonyme a dit…

Superb, what a web site it is! This blog gives valuable information
to us, keep it up.

my web-site :: bath toys

Anonyme a dit…

Hi there mates, its enormous article about tutoringand fully explained,
keep it up all the time.

Also visit my site: pole pruners

Anonyme a dit…

Hello there, You've done an excellent job. I'll certainly digg it and personally suggest to my friends.

I'm confident they will be benefited from this web site.

Feel free to surf to my web page cardiosport heart rate monitor